Réglage individuel du châssis 

Bien régler son châssis permet de transformer facilement une moto normale en une bécane personnalisée pour un pur plaisir de conduite. 

Réglage individuel du châssis

Ajustement du châssis de la moto

D'après notre expérience, de nombreux motards ne se sont encore jamais soucié du réglage des éléments de suspension de leur bécane. C'est regrettable, car un châssis personnalisé peut leur permettre de profiter d'une sécurité renforcée et d'un grand plaisir de conduite. Ce n'est pas pour rien que des possibilités de réglage plus ou moins étendues existent sur presque toutes les motos au départ de l'usine. Les utiliser de manière efficace ne requiert ni grande dextérité manuelle, ni outils spéciaux. Il suffit de respecter scrupuleusement les étapes suivantes et d'avoir envie d'expérimenter un peu.

Quelques remarques préalables :

  • Les éléments de suspension ne sont pas seuls responsables des sensations de conduite. Avant d'effectuer le réglage des éléments de la suspension, assurez-vous que les pneus sont gonflés à la bonne pression et que leur profil n'est pas encore totalement usé : ces deux éléments peuvent fausser votre travail. Vérifiez également que les roulements de roue, de la colonne de direction et du pivot de bras oscillant fonctionnent sans jeu. En outre, c'est clair : les tubes de fourche recouverts d'un film graisseux et les jambes de suspension qui fuient ne font pas partie des éléments à régler, mais sont bien des composants à réparer.
  • Pour les travaux sur le châssis, les outils les plus importants sont un bloc-notes et un stylo ! Pour commencer, notez impérativement la situation initiale, c'est-à-dire le réglage d'origine, puis consignez soigneusement chaque modification que vous apportez. Ce n'est qu'ainsi que vous conserverez le contrôle des réglages, que vous pourrez établir de véritables comparaisons et que vous reviendrez rapidement à la situation initiale si quelque chose ne vous convient pas. Prendre des photos avec votre smartphone peut également vous aider à documenter les modifications. Gardez également à portée de main : un mètre pliant ou un mètre souple résistant, un tournevis et une clé plate pour la fourche, une clé à ergot pour la jambe de suspension et bien sûr le manuel du véhicule pour la bécane.
  • Si possible, faites-vous aider par une autre personne, cela facilite grandement le travail.
  • Faites comme les pros sur le circuit : procédez étape par étape et testez chaque modification par un essai pratique de conduite. N'oubliez pas : avec la conduite vient l'expérience !

La géométrie du châssis

La géométrie du châssis détermine les sensations qu'offre la moto lors de la conduite. Les paramètres principaux sont l'empattement, l'angle de chasse et la chasse (voir graphique : Géométrie de suspension).

  • L'empattement est l'écart entre l'essieu avant et l'essieu arrière. En un mot : plus l'empattement est court, plus la moto est agile – plus il est long, plus la moto est stable.
  • L'angle de chasse désigne l'angle entre le tube de guidon et la verticale. Avec le déport de fourche, l'angle de chasse détermine la chasse.
  • La chasse est l'écart entre le point au niveau duquel le prolongement imaginaire de l'essieu directeur touche le sol et le point de contact au sol du pneu avant. Plus elle est courte, plus le véhicule est nerveux ; plus elle est longue, plus le véhicule est mou.

Le rapport entre ces paramètres constitue toujours un compromis : en optimisant la maniabilité, on perd en stabilité, et vice versa. Notez que le poids supplémentaire d'un passager modifie l'angle de chasse et la chasse – le châssis doit être adapté au poids sur la moto.

Réglage de la suspension

Les ressorts supportent le poids de la moto (et de ses occupants) et absorbent les chocs. Le réglage de la suspension sert en premier lieu à adapter la moto à la charge individuelle liée au poids des occupants et des bagages. Tous ceux qui ont déjà pris un passager le savent : avec le poids supplémentaire sur la roue arrière, la suspension s'affaisse, le tout paraît lourd et peu maniable. Avec la modification de la précharge (précontrainte du ressort), le ressort NE durcit PAS et NE s'assouplit PAS. C'est plutôt le véhicule qui est relevé ou abaissé. Au-delà de l'ajustement au chargement, c'est la géométrie et donc le comportement routier qui sont modifiés. Lors de ces réglages, on part de préférence du réglage d'usine. Vous le trouverez dans le manuel de votre véhicule. Vous y trouverez également les possibilités de modification généralement prévues par le fabricant. Sur toutes les bécanes, c'est au moins la précharge à l'arrière qui devrait être variable.


Ajustement du châssis et de la suspension – c'est parti

Étape 1 a – Déterminer le débattement négatif au niveau de la fourche de la roue avant

Étape 1, photo 1 : Déterminer le débattement négatif au niveau de la fourche de la roue avant

01 – Le bon équilibre : débattement négatif

Même à l'arrêt, les ressorts sont comprimés par le poids de la bécane et du chargement. C'est impératif pour que la suspension puisse rester en contact avec le sol en permanence lors de la conduite. La valeur de cet affaissement constitue le débattement négatif. Pour le déterminer, mesurez deux fois à l'avant l'écart entre le té de fourche inférieur et le cache-poussière au niveau du tube plongeur, ou entre le pied de la fourche et le cache-poussière au niveau des fourches inversées. Effectuez la première mesure avec la suspension totalement déchargée (Sd), par ex. sur la béquille centrale, et la seconde sur une surface la plus plane possible avec chargement (Sc), c'est-à-dire avec le conducteur et éventuellement des bagages/un passager. Nous vous conseillons d'effectuer les mesures avec chargement avec une personne pour vous aider.

Étape 1 b – Déterminer alors le débattement négatif arrière ; mesure avec et sans chargement

Étape 1, photo 2 : Déterminer alors le débattement négatif arrière ; mesure avec et sans chargement

À l'arrière, la mesure s'effectue depuis l'axe de la roue jusqu'à un point fixe de l'arrière du véhicule situé au-dessus, à peu près à la verticale. La différence entre les deux valeurs donne le débattement négatif (Dnég). Avec chargement, cette valeur doit représenter environ un tiers du débattement total (Dtot). Vous trouverez ce dernier dans les caractéristiques techniques du manuel du véhicule.


Géométrie du châssis

Géométrie du châssis

La géométrie du châssis

A : Déport de fourche

B : Chasse

C : Angle de chasse

D : Empattement

Téléchargez le fichier PDF, imprimez-le et notez les valeurs mesurées dans un des tableaux.

iconRéglage du débattement négatif à l'avant (fourche)iconRéglage du débattement négatif à l'arrière (jambe/jambes de suspension)


Step 2 a – Les tiges filetées à tête hexagonale permettent de régler la précharge de la fourches

Étape 2, photo 1 : Les tiges filetées à tête hexagonale permettent de régler la précharge de la fourches

02 – Réglage de la précharge 

Avec les mesures maintenant disponibles, vous pouvez débuter la phase de test. Suivez pour cela le mode d'emploi et notez toutes les modifications dans votre tableau. Au niveau de la fourche, vous modifiez le plus souvent la précharge de chaque côté au niveau des tiges filetées que vous vissez ou dévissez avec une clé plate. Veillez à ce que le réglage soit le même sur les deux fourches.

Étape 2 b – La précharge peut être réglée au niveau de la jambe de suspension avec une clé à ergot

Étape 2, photo 2 : La précharge peut être réglée au niveau de la jambe de suspension avec une clé à ergot

Sur la jambe de suspension, la précharge est définie soit par un mécanisme à crans, soit par un écrou à encoches avec contre-écrou. Vissez et dévissez les deux à l'aide d'une clé à ergot prévue la plupart du temps dans l'outillage de bord de série. Ici aussi, veillez à ce que les réglages soient toujours les mêmes pour les deux jambes de suspension.


Étape 3 – Vis de réglage de la détente sur l'extrémité supérieure de la fourche

Étape 3: Vis de réglage de la détente sur l'extrémité supérieure de la fourche

03 – Faire varier la géométrie du châssis

Il s'agit maintenant de trouver le réglage adapté à votre style de conduite et à vos routes favorites ainsi que le compromis idéal entre stabilité et maniabilité. Cela implique pour vous de continuer à modifier la configuration, de noter les changements apportés et d'en faire tout simplement l'expérience. Il est donc pertinent de travailler à l'avant et à l'arrière dans les directions opposées : plus bas à l'avant et plus haut à l'arrière, et vice versa. Le centre de gravité reste ainsi à la même hauteur et n'influence pas à son tour les réactions de la bécane. Celles-ci seront ainsi aussi nettement perceptibles : un réglage 10 mm plus haut ou plus bas peut rendre instable une moto maniable et rendre rigide une moto stable.


Vis de réglage de la compression sur le pied de la fourche

Vis de réglage de la compression sur le pied de la fourche

Vis de réglage de la détente sur le pied de la jambe de suspension

Vis de réglage de la détente sur le pied de la jambe de suspension

Vis de réglage de la compression entre la jambe de suspension et le vase d'expansion

Vis de réglage de la compression entre la jambe de suspension et le vase d'expansion

Réglage de l'amortissement

Une huile spéciale à la viscosité parfaitement adaptée bride, dans la fourche et la jambe de suspension, le mouvement d'enfoncement et de remontée de la bécane et empêche les ressorts d'osciller. On distingue ici la détente et la compression. Il est globalement possible de régler l'intensité de l'effet d'amortissement de l'huile à l'aide des valves qui régulent le débit. Si seule la détente est réglable sur la jambe de suspension, sa modification influence systématiquement la compression.

Vous devez d'abord savoir quels sont les réglages possibles sur votre bécane et où se situent les vis de réglage correspondantes. Le mode d'emploi est assurément la source où trouver ces informations.

Télécharger le tableau

Une fois ces points éclaircis, vous pouvez alors enfin passer à la pratique. Ici aussi, utilisez impérativement nos tableaux en y notant précisément toutes les modifications apportées en prenant la configuration d'origine comme point de départ.

iconRéglage de l'amortissement de la fourcheiconRéglage de l'amortissement de la jambe de suspension


Mesures : principe de l'amortissement de la fourche

Mesures : principe de l'amortissement de la fourche

04 – Détente de la fourche

Pour la détente, on trouve relativement facilement un réglage de base acceptable, même à l'arrêt. Pour cela, appuyez d'abord fortement vers le bas sur le guidon, tout en actionnant les freins. La fourche doit ensuite rapidement revenir dans sa position initiale, idéalement un peu au-delà de sa position de repos et puis dans celle-ci, sans continuer à osciller. Si elle se détend vraiment lentement, c'est qu'elle est trop fortement amortie. Si elle rebondit jusqu'à la butée ou si elle oscille même à plusieurs reprises, c'est qu'elle est trop faiblement amortie.

Répétez cette étape, également avec les valves d'amortissement totalement fermées et complètement ouvertes. Cela vous permet de vous faire une idée de la plage de réglage. Consultez pour cela le diagramme (graphique : principe de l'amortissement de la fourche).

Axe X) Durée en secondes ; Axe Y) Débattement en mm ; Courbe A) Amortissement trop faible, courbe B) Amortissement optimal, courbe C) Amortissement trop important,


Étape 5 – Réglage correct de la compression : test de l'amortissement des ressorts

Étape 5 : Réglage correct de la compression : test de l'amortissement des ressorts

05 – Détente de la jambe de suspension

Testez la détente de la jambe de suspension (ou des deux jambes) en appuyant fortement vers le bas sur l'arrière du véhicule. La jambe de suspension doit mettre un peu plus de temps à se détendre que la fourche (1 seconde maxi.). Elle ne doit pas osciller. Vérifiez également dans ce cas la plage de réglage en répétant cette étape avec l'amortissement fermé et ouvert.


Étape 6 – Toujours prendre des notes : les efforts seront récompensés par un plaisir de conduite accru

Étape 6 : Toujours prendre des notes : les efforts seront récompensés par un plaisir de conduite accru

06 – Compression et réglage de précision

Vous disposez maintenant d'un réglage de base convenable pour la détente. Pour affiner le réglage, vous devez effectuer un essai sur route.

Ceci est également valable pour déterminer la compression optimale. Ici aussi, vous pouvez évidemment tester les réglages extrêmes : plus la compression est douce, plus la fourche plonge bas lors du freinage ou plus la jambe de suspension est compressée jusqu'à la butée dans les nids-de-poule. C'est très confortable lors d'un trajet normal sur les routes droites, mais c'est assez mou dans les virages pris à grande vitesse.

À l'inverse, un réglage très tendu assure une position oblique stable et une bonne réaction, par exemple sur circuit, mais il rigidifie le tout sur des routes secondaires caillouteuses, voire fait bondir les pneus dans le pire des cas.

En matière d'amortissement aussi, il s'agit de trouver le compromis le plus adapté à votre style de conduite, au chargement et à votre terrain de jeu favori. Prenez donc le temps d'essayer plusieurs variantes et concentrez-vous le plus possible sur un seul élément, c'est-à-dire soit sur la fourche, soit sur la suspension arrière uniquement.


Transformation du châssis

Tous les conseils énoncés jusqu'ici s'appliquent au matériel fourni de série. Si ces mesures ne sont pas suffisantes, par ex. parce que les ressorts sont tout simplement trop souples ou que votre moto n'offre pas assez de réglages, il est recommandé de remplacer les composants du châssis par un accessoire de plus grande qualité : ressorts de fourche progressifs, huile de fourche de différentes viscosités, kits de cartouche ou fourches complètes pour l'avant, jambes de suspension avec et sans réglage de la compression ou de la hauteur pour l'arrière. Avec ces composants de châssis de grande qualité, vous optimisez la sécurité de conduite, le confort, la dynamique de conduite et la maniabilité de votre moto.


Le centre technique Louis

Pour toutes questions techniques concernant votre moto, adressez-vous à notre Centre technique. Vous y trouverez des interlocuteurs expérimentés, des ouvrages de référence et des adresses à n'en plus finir.

À noter !

Les conseils de mécanique donnent des indications générales qui peuvent ne pas être valables pour tous les véhicules ou tous les composants. Dans certains cas, les spécificités sur site peuvent diverger considérablement. C'est pourquoi nous ne pouvons donner aucune garantie quant à l'exactitude des indications fournies dans les conseils de mécanique.

Merci de votre compréhension.